Nous sommes entrés dans l’ère de la surveillance de masse. Parce que les technologies numériques ont rendu possible cette surveillance et parce que les impératifs de la guerre contre le terrorisme et autres fléaux réels et imaginaires (épidémies) ont rendu acceptable et coutumière, sous couvert de notre sécurité, cette mise sous tutelle planétaire. Cette accoutumance progressive à la surveillance, d‘autant plus efficace qu’elle est discrète,  fait que le déploiement de la reconnaissance faciale ne fait quasiment pas débat, que personne ne discute des data Brokers, des assistants vocaux, des marchandages d’informations privées que sont les réseaux sociaux, lesquels se refusent à passer pour tels. Est-il possible que nous ayons, entre nous, ce débat si difficile à mener sur la place publique ? Je vous propose de lire les Mémoires du lanceur d’alerte d’Edward Snowden (https://www.amazon.fr/Mémoires-Vives-Edward-Snowden/dp/2021441040) et d’en débattre ensemble le jeudi 25 juin 2020 à 19h dans le cadre d’une conférence ZOOM < bit.ly/IFIAFcaféphilo. Nous n’aurons pas les croissants offerts par l’Institut français mais nous serons néanmoins très heureux de nous retrouver, vous les habitués,  ainsi que tous ceux qui voudront bien se joindre à notre petite assemblée de philosophes !